Un chemin guide nos pas sur la terre. Ceux-ci nous conduisent au terme de notre existence au « dortoir des pèlerins » appelé aujourd’hui le cimetière ? Pendant tout ce temps nous cherchons comme un vieux rêve notre âme sœur ! Et si cette âme sœur était notre Ange Gardien. Voilà le récit d’un enfant de la création qui s’interroge et cherche son com-pagnon de route, en retirant un à un les voiles, et qui voit peut-être, la Lumière se lever.

 

















Extrait :

Le monde se réveillait. Un grand nuage mauve retenait son souffle au-dessus de l'horizon de l'orient. Une lumière d'or jouait à la balançoire comme un enfant jouerait de ce jeu en quelque sorte conquérant de quelque chose. Le vent soufflait près de notre corps. Comme une haleine ! Comme un esprit ! Deux petits pieds d’être de chair et du verbe venaient de naître. Et déjà les anges se demandaient combien de kilomètre de vie ces derniers allaient-ils parcourir à travers notre monde.
L'univers pourpre de sa brise chlorophyllée tendait sa main de grande sagesse, Sophia, à cet enfant aux joues cerise, dès l'aube. Un magnifique fruitier aux multiples fleurs grandissait en chacun des membres de la famille de l'enfant. Alexis Liger venait de naître.
Et en tous naissait quelque part en eux, en d’abîme profondeur, une grande lumière !
L'enfant était déjà enfoui en le sein de sa mère, terre nourricière. Ils s'aimaient.
Il tétait déjà avec ténacité, comme s'il allait manqué un jour de quoi que ce soit, de Dieu.
La grande soif de l’humanité !
Une perle de lait glissa le long de l’auréole rose.
A quoi pensaient tous les pères, les mères, les cousins, les frères et les sœurs en cet instant. A une mémoire. A une mémoire de douceur. A la présence de la mémoire qui nous manquait dans nos gestes.
A l’extérieur le soleil brillait. Les feuilles tombaient et l'humus recueillait la semence du monde qui germerait demain.
L’enfant n’était-il pas l’œuvre de chaque mère.
Et ne reconnaissons nous pas l'arbre à son fruit ?

Numéro ISBN : 978-1-326-50952-1